Les sites de la CLCV
Adhérer à la CLCV

Les Châtaignes

Pendant des siècles, dans les régions reculées de montagne, en Ardèche par exemple, là où les céréales ne poussaient pas, ce fruit a constitué la nourriture de base. Désormais, leur consommation est plus limitée, surtout associée à quelques recettes hivernales.

Pourtant, marrons et châtaignes possèdent des atouts. Riches en amidon, ils font partie des féculents. Comme ils contiennent également une quantité appréciable de fibres, il suffit d’en manger peu pour être bien rassasié. De plus, ces fruits sont bien pourvus en minéraux et ont une forte teneur en folates, indispensables pour le renouvellement et l’entretien des cellules, en particulier les globules rouges.
Côté cuisine, les châtaignes peuvent être grillées (dans la traditionnelle poêle à trous ou plus simplement au four pendant une vingtaine de minutes) après avoir fendu l’écorce. L’épluchage prend alors des allures de veillée d’antan. Plus simplement, on peut ôter l’écorce à l’aide d’un couteau pointu, ébouillanter les marrons pendant cinq minutes puis les peler. Ils sont ainsi prêts à être cuisinés dans diverses préparations : soupes, accompagnement de viande, farce des volailles de Noël et desserts.

La châtaigne est un féculent sans gluten, un avantage pour les personnes intolérantes à ce composé.

Chaque automne, les châtaignes sont de retour. Pourquoi ne pas en profiter ? Le reste de l’année, les châtaignes et marrons sont commercialisés en conserve, sous vide ou en surgelés.

Soupe de Châtaignes

Commentaires   

# Potdevin 03-11-2008 00:00
Pourquoi parles-tu de marrons ? On pourrait penser que les marrons des marronniers sont comestibles or ils ne le sont pas.
Répondre
# Celia 03-11-2008 00:00
En réponse à Marie France, un peu de vocabulaire autour des mots « marron&n bsp;» et « châtaign e ». Le terme « marron&n bsp;» sert à désigner deux fruits : la châtaigne, comestible, et le marron d'Inde qui lui ne l'est pas. Des fruits qui certes se ressemblent mais ne peuvent être confondus. Le marron qui se mange présente un petit plumet, alors que le marron d’Inde est lisse.
Plus précisément, on peut parler de marron pour certaines châtaignes produites par des variétés de châtaigniers à fruits non cloisonnés, et sélectionnées pour leur taille et leur saveur. Pour simplifier, les marrons sont des châtaignes de gros calibre. Ils sont par exemple réservés à la réalisation des délicieux marrons glacés.
On utilise également ce terme pour désigner certains produits issus de la transformation des châtaignes. C’est ainsi qu’on parle de crème de marrons. Pour ceux qui s’en souviennent, les marchands ambulants criaient autrefois « Chauds, les marrons » et non « Chaudes, les châtaignes ».
Rien à voir donc avec le fruit du marronnier d’Inde que nous ramassions enfants dans les cours d’école et qui lui n’est évidemment pas comestible.
Répondre
# soulette 26-11-2008 00:00
bonsoir celia
enfin un peu de temps pour visiter le site depuis mon retour du congres, d'abord pour te dire le plaisir d'avoir fait ta connaissance. C'est mieux que par messagerie. Je viens de faire par mail un envoi pour présenter ce site .
bon question : comment se fait il que les chataignes se conservent aussi mal . Depuis plusieurs années je constate qu'elles sont pleines de vers au bout de quelques jours. Jadis c'etait un fruit peu cher ,mais aujourd'hui assez couteux 3.90/kg sur le marche de Merignac. Si en plus on ne peut les consommer apres cuisson ,on a tout perdu : les chataignes, le prix du combustible pour la cuisson,le temps pour faire le marché et le plaisir de se regaler avec cet aliment qui était avant la base d'alimentation des regions pauvres , la correze , les alpes du sud , la corse
peux-tu fournir une explication
merci
marcel
Répondre
# Celia 27-11-2008 00:00
Les châtaignes sont des fruits qu’il vaut mieux consommer rapidement. Les vers présents dans les fruits sont certainement des larves de balanin. Cette larve creuse des galeries dans les fruits et peut passer d’une châtaigne à l’autre après récolte. Et tout ce que l’on a acheté peut ainsi être souillé.
Les variétés de châtaigniers ne sont pas toutes attaquées avec la même intensité. A part la lutte chimique, des techniques de cultures permettent de limiter la présence de ces petites bêtes.
Normalement, le producteur a pris soin lors de la récolte d’ôter les fruits contaminés. Mais, lors de l’achat, on recommande de choisir (quand c’est possible) des fruits non percés. Certains conseillent de conserver les châtaignes au réfrigérateur, dans le bac à légumes (le froid limitant le déplacement des petits hôtes).
La culture des châtaigniers a beaucoup souffert les dernières années (chancre, maladie de l’encre, dépérissement, conditions climatiques). Cela explique en partie la hausse des prix des châtaignes. Pour info, les dernières que j’ai achetées à Auchan (Boulogne sur Mer) étaient à 6,90 € le kilo. Mais il s’agissait de gros marrons.
Répondre
# soulette 04-12-2008 00:00
chataignes suite
Ce fruit qui présente beaucoup de qualité est vraiment tombé en désuétude .
C'est vraiment dommage que les chataigners ne soient pas davantage cultivés pour leur fruit . Au cours de l'histoire ils ont permit de susbsiter aux habitants des régions pauvres qui les écrasaient pour faire des sortes de bouillies qui calmait les ventres creux et assurait un équilibre nutritif correct. Tu as raison de preciser aussi l'Ardèche qui était à une certaine époque une zone déshéritée mais riche en chataigniers.
De plus ces arbres fournissent un bois apprécié qui a de bonnes caractéristique s mécaniques avec un veinage proche de celui du chêne avec lequel il est parfois confondu. Souvent employé en charpente, notamment dans les chateaux il aurait la particularite d'éloigner les araignées (celia je ne me souviens plus pourquoi ,as-tu une explication scientifique?)
Cet arbre nourricier donne aussi un bois de combustion de bon rendement thermique (Il faudrait que je revois le tableau que j'ai à la CLCV merignac)
Ici dans le sud ouest mais ailleurs aussi on en fait de solides piquets qu'en Gironde on nomme carasssons. sa particularité de bien resistér à la pourriture lui donne une jogévité presque identique à l'acacia qui lui est plus dur
Et les tres vieux arbres (plusieurs siecles)souvent énormes sont parfois tres creux dans leur centre surtout s'ils ont été blessés par des casses de branches ou par l'orage, permettent aux rapaces nocturnes tels le hiboux, petits ducs ou grands ducs d'y trouver refuge et d'y établir leur nid parfois imposant
Cet arbre à l'écorce lisse légérement rouge brun selon les variétés est agréable au toucher sur les jeunes pousses qui partent à l'assaut du ciel en mât bien droit
Leur écorce alors est utilisée en laniéres comme lien pour maintenir, fabriquer des paniers tressés avec de jeunes pousses cintrées. En Limousin ce bois est encore exploité par certains artisans feuillardiers pour fabriquer un certains nombres de petits ustensiles ou décors intérieurs ainsi qu'en vannerie, chaiserie, tonnelerie il se travaille bien.
Tout ça pour dire que j'ai une vrai affection pour cet arbre au bois merveilleux travaillé par l'homme depuis tres longtemps
Ce bois vous l'aurez compris est un de ceux que je préfére . J'essaierai de vous retouver les gens qui le travaillent encore à l'anciene pour la fabrication des objets décrits ci dessus
Le balanin , sorte de charançon à rostre long et mince présente une larve qui se loge aussi dans les noisettes et les glands il fait partie de la famille des curculionidés pour celles et ceux qui s'intéressent aux insectes qui bouffent nos fruits.
Celia!!! au secours!!! comment se proteger sans polluer notre planète pour conserver de bonnes chataignes .
En Correze sur le marché nous en achetons une varietés vendues blanchies qui sont succulentes
bon appetit à toutes et tous
marcel le chataignier
Répondre

Ajouter un Commentaire



Anti-spam: complete the taskJoomla CAPTCHA