Imprimer cette page

Cinq règles d'or pour démêler l'info de l'intox

Il n'y a pas d'aliment miracle !

questionBien sûr, ce que nous mangeons joue sur notre santé. Mais ce qui est essentiel c’est la diversité globale de notre alimentation. Faire le lien entre un aliment particulier et la santé est donc réducteur et, dans certains cas, trompeur.

Ainsi, si vous devez pour des raisons médicales réduire votre taux de cholestérol, la première chose à faire est de discuter avec votre médecin de vos habitudes alimentaires et éventuellement de les adapter. Acheter des yaourts ou des margarines anticholéstérol n’est donc ni la solution magique, ni la priorité.

 

En savoir plus :  Nos Cartons rouges

Méfions-nous des promesses trop vagues

Plus les bénéfices attendus du produit sont vagues et imprécis, moins ils sont fiables.

Certains compléments alimentaires nous promettent de renouer ainsi avec le « bien être », « l’harmonie », le « tonus » ou la « vitalité ». Autant d’effets qui ne correspondent à rien d’un point de vue scientifique et ne sont donc ni vérifiés ni prouvés.

Entre 2000 et 2006, l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) s’est penchée sur 400 allégations « nutrition santé » afin d’évaluer leur fiabilité. Au final, l’agence estime que 85 % de ces messages n’étaient pas justifiés. Attention donc à ne pas prendre pour argent comptant toutes les promesses des fabricants…

Le message commercial est toujours plus fort que l’effet réel

Les fabricants sont censés disposer d’arguments scientifiques prouvant les vertus qu’ils annoncent. Mais, le choix des mots et des images, leur permet de suggérer des effets qui vont bien au-delà de ce qu’ils ont réellement pu démontrer.

Dans le cas d’Essensis, le yaourt pour la peau de Danone lancé en 2007, l’industriel avait réalisé une étude sur un groupe de 72 femmes. Il avait montré que la consommation quotidienne de yaourt permettait de réduire les pertes en eau de la peau et que les consommatrices avaient l’impression d’avoir une peau moins sèche.

Mais sur l’emballage on pouvait lire et voir que le yaourt permettait de renforcer et nourrir la peau, de la rendre plus saine, plus lisse et plus belle. Pourtant, aucune de ces propriétés n’avait été démontrée en tant que telle.

En France, ce premier essai de « cosmetofood » (comprenez la cosmétique qui se mange) n'a pas trouvé ses consommateurs, puisque le produit a disparu des rayons en 2009. Il est vrai que le prix de la cure de beauté façon Danone était très élevé (voir notre article de 2008 La beauté, à quel prix ?) !

Lire l’ensemble de l’information sur le produit

Avant d’acheter le tout dernier aliment santé, il vaut mieux se renseigner et s’informer. Il est conseillé de ne pas se contenter des mentions les plus visibles à l’avant du paquet qui sont surtout des messages commerciaux. En regardant de près l’emballage, on trouve souvent des informations plus utiles, même si elles ne sont pas toujours très lisibles ni très accessibles !

Sur les yaourts Pro Activ de Unilever, qui sont censés réduire le choléstérol, nous voyons par exemple au dos du paquet et en très petits caractères que :

  1. Ce produit est strictement destiné aux personnes qui doivent réduire leur taux de choléstérol
  2. Il faut consommer deux ou trois yaourts par jour pour espérer un effet et avoir par ailleurs une alimentation équilibrée
  3. Il ne faut pas consommer plus de 3 grammes de « stérols végétaux » par jour soit 4 yaourts
  4. Le produit est déconseillé aux femmes enceintes et enfants de moins de 5 ans
  5. Enfin, les patients sous traitement hypocholestérolémiant doivent consulter leur médecin avant de consommer ce produit.

Toutes ces informations montrent bien que ce produit n’est pas à consommer « à la légère » comme un yaourt classique. Certaines précautions doivent être prises.

De manière générale, si nous sommes tentés par des aliments santé, nous devons nous renseigner sur leurs conditions d’utilisation. Pour cela, nous pouvons nous adresser à notre association de consommateurs et à notre médecin.

En avons-nous vraiment besoin ?

Les aliments santé sont chers, voici quelques exemples de surcoûts pour ces produits :

 

Produits
« nutrition santé »
Produit « standard » Ecart de prix
Danacol de Danone Yaourt Danone nature + 120 %
Margarine Fruit d'or Pro activ Margarine Fruit d’or +100 %
Wasa Pain croustillant riche en fibres Wasa Pain croustillant + 7 %
Mousse au chocolat au lait Auchan Mousse au chocolat au lait allégée +11 %

 

(Sur la base de relevés en 2014)

Compte tenu du prix de ces produits, il n’est pas inutile de se renseigner sur leur utilité. Pour en savoir plus : Notre avis sur quelques alicaments