Les sites de la CLCV
Adhérer à la CLCV
mer.
07
sept. 11

Bien manger à l’école (2ème partie)

Cela coûte-t-il plus cher d’avoir un menu équilibré à la cantine ?

On entend souvent dire que respecter les recommandations nutritionnelles dans la restauration scolaire se traduit obligatoirement par une hausse du prix du repas.
Afin de vérifier si cette idée était fondée, des chercheurs de l’INRA ont mené une étude pour évaluer l’impact du suivi de ces recommandations nutritionnelles sur le coût des matières premières des repas scolaires.

Les chercheurs se sont basés sur des repas effectivement servis par une centaine d’écoles primaires et sur les coûts déclarés par les caisses des écoles pour ces repas.
A partir de 42 séries de 20 repas servis en 2009 dans des établissements scolaires, ils ont analysé la relation entre le respect des repères du GEMRCN(*) et le coût des repas. Les résultats indiquent que ces recommandations étaient très peu suivies et qu’il n’y avait pas de lien entre le coût des repas et leur qualité nutritionnelle.

Ensuite, ils ont chiffré le coût de séries de repas publiées dans des revues professionnelles et respectant les recommandations dans leur totalité (analyse de 120 séries de 20 repas). L’estimation du coût des repas s’est faite en tenant compte de l’ensemble des ingrédients qu’ils contenaient, de leur grammage et du prix des matières premières incorporées.
L’analyse de l’impact des nouvelles normes nutritionnelles sur le coût des repas montre que leur application augmenterait le coût d’environ 0,15 euros par repas, surcoût compensé par une diminution de 0,40 à 0,29 euros par repas lié au respect des conseils sur la taille des portions.

En conclusion de cette étude, une hausse de qualité (respect des fréquences) est possible sans surcoût quand des quantités modérées sont appliquées (respect des grammages), notamment pour la viande et le poisson (50 à 70 g par assiette).

Au-delà des enfants qu’il convient d’éduquer sur le plan alimentaire, des explications pédagogiques restent également à dispenser auprès des parents, pour justifier la modération des quantités servies en restauration scolaire.

Merci à Nicole Darmon
Dossier de presse INRA « C’est la rentrée pour tous ! », septembre 2011

(*) GEMRCN : Groupe d’Étude des Marchés de Restauration Collective et de Nutrition

Commentaires   

# RENARD 15-10-2011 00:00
Bonjour,

Je me pose la question des moyens que les écoles deploieront pour la mise en place du GEMRCN rendu obligatoire pour les plus de 80 élèves. Hormis la formation, il est illusoire de penser que les cuisiniers ou gestionnaires pourront mettre en oeuvre le GEMRCN sans l'intervention de specialistes, les dieteticiennes. La litterature n'expose pas ce sous entendu des moyens financiers absolument necessaires. Qu'en pensez vous? Peut on avec une formation faire vivre ce decret?

Cordialement,
Répondre

Ajouter un Commentaire



Anti-spam: complete the taskJoomla CAPTCHA