Les sites de la CLCV
Adhérer à la CLCV
jeu.
22
juil. 10

Peut-on encore manger du poisson ? (1ère Partie)

Pour notre santé, le PNNS nous recommande de consommer du poisson deux fois par semaine. Mais, celui-ci pouvant également être contaminé par des polluants, est-ce encore raisonnable ?

En raison de ses qualités nutritionnelles, le poisson est un allié précieux de notre santé. C’est une excellente source de protéines, indispensables à notre organisme, mais aussi d’oligo-éléments, de minéraux et de vitamines (A, D, B). Certains, comme la raie, la lotte ou la limande sont pauvres en lipides. D’autres sont, au contraire, plus gras, comme le saumon, le thon, le maquereau ou la sardine… Ils sont alors des sources d’oméga 3, ces acides gras polyinsaturés nécessaires au bon fonctionnement du système cardio-vasculaire.

Cependant, on nous informe souvent sur la présence de polluants (PCB, mercure, résidus de produits chimiques) dans l’eau des mers ou des rivières. Au point que nous pouvons nous demander si manger du poisson n’est pas devenu dangereux.

Comment donc limiter les risques ? Tout simplement en diversifiant les origines et les espèces. En alternant les poissons maigres et les poisons gras (plus susceptibles d’être contaminés), en mangeant des poissons sauvages et des poissons d’élevage, en diversifiant les provenances et les signes de qualité. Nous « diluons » ainsi le risque d’accumuler ces produits dangereux. Fort heureusement, la vente des aliments présentant des teneurs en contaminants supérieures aux limites fixées par les pouvoirs publics est bien évidemment interdite en France. C’est par exemple actuellement le cas des sardines de la Baie de Seine.

Cependant, pour les plus fragiles d’entre nous –les femmes enceintes et allaitant, les jeunes enfants- des précautions supplémentaires s’imposent. C’est pourquoi l’AFSSA recommande dans ces cas de ne pas consommer des espèces susceptibles de présenter des teneurs élevées en mercure telles que l’espadon, le marlin, le siki, le requin et la lamproie. Quant aux espèces prédatrices sauvages (par exemple, la lotte (la baudroie), le loup (le bar), la bonite, l’anguille, l’empereur, le grenadier, le flétan, le brochet, la dorade, la raie, le sabre, le thon…), il convient d’en limiter la consommation à 150g par semaine pour les femmes enceintes ou allaitant ou à 60g par semaine pour les enfants de moins de 30 mois.

La suite, la semaine prochaine

Taggé sous

Commentaires   

# gerard 28-07-2010 00:00
Et la truite?? Pêchée au petit matin dans un grand bassin de 40 m sur 25 alimenté 24h/24 par de l'eau a 9 degrés venant directement de la nappe. Bien sur c'est d'abord pour le plaisir de nos vieux os .Mais cuites au court bouillon bien relevé avec une lichette de mayo/moutarde quel régal !! Allez je serais pas méchant le poisson de mer j'adore aussi chaque semaine. A plus. GEGE
Répondre

Ajouter un Commentaire



Anti-spam: complete the taskJoomla CAPTCHA