Les sites de la CLCV
Adhérer à la CLCV
ven.
01
juil. 11

Certains aliments modifient l'efficacité des médicaments

Les recommandations alimentaires données par le médecin lors de la prescription de certains médicaments ou par le pharmacien ne sont pas à prendre à la légère.

On le sait bien, consommation d’alcool et prise de médicaments ne font pas bon ménage. Si on y pense assez naturellement lorsqu’on prend des psychotropes ou certains analgésiques, on ignore en général qu’une importante consommation d’alcool (par exemple lors d’une soirée) peut également diminuer l’effet d’un traitement antibiotique.

Autres exemples connus, la nécessité de supprimer le sel et/ou le sucre dans le cas d’une prise à forte dose de corticoïdes ou celle de modérer sa consommation de sel, de café et de réglisse en cas d’hypertension artérielle.

Mais nous oublions souvent que les matières grasses en grande quantité diminuent l'absorption des médicaments dans le tube digestif.

Moins connu et pourtant redoutable, le jus de pamplemousse ! Sa consommation peut entraîner une augmentation ou, moins fréquemment, une diminution des effets de certains médicaments. Le pamplemousse contient, en effet, des substances interférant avec le métabolisme de médicaments prescrits pour de nombreuses affections médicales. En augmentant leur concentration dans le sang, ceux-ci peuvent alors causer des réactions indésirables graves. C’est notamment le cas avec les médicaments destinés à réduire le taux de cholestérol dans le sang.
Selon l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS), les agrumes dans leur globalité ne devraient pas être associés avec les anti-inflammatoires ou l'aspirine, sous peine de majorer voire de déclencher des brûlures d'estomac ou des reflux acides.

Autre exemple, le millepertuis commercialisé sous forme de tisane, de teinture mère ou de complément alimentaire. Bien que très facilement accessible, cette petite fleur jaune contient un principe actif qui peut provoquer des interactions dangereuses avec certains médicaments. Entre autres, le millepertuis diminue l’efficacité des médicaments utilisés pour traiter le sida ainsi que certains troubles cardiovasculaires.

Les aliments riches en vitamine K, comme les abats, les brocolis, les choux, les épinards, le soja … (voire la salade verte et les avocats pour les personnes les plus sensibles), diminuent, quant à eux, l'efficacité des anticoagulants oraux, destinés à fluidifier le sang. En effet, cette vitamine participe à la coagulation du sang. Il vaut donc mieux éviter les aliments naturellement riches en vitamine K pour que le traitement fonctionne correctement.

Il convient donc de bien lire la notice avant de prendre un médicament afin de connaître les aliments à éviter pour éviter un sous dosage ou un surdosage. N’hésitons pas à en parler à notre médecin ou à notre pharmacien !

Merci à Catherine L’Heudé, diététicienne

Taggé sous

Commentaires   

# DAISY 08-07-2011 00:00
Je prends différents médicaments, mais dans les notices, je ne vois pas d'indications concernant l'aliments déconseillé. Ni le pharmacien, ni le médecin les informe . Comment faire dans ce cas?
Répondre
# NINA 26-07-2011 00:00
bonjour,
je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites:
- concernant les traitements par corticoïdes: les doses de sel et de sucres sont adaptés aux doses de cortisone
les régimes sans sel stricts ne sont conseillés que dans de rares pathologies (insuffisance rénale grave par exemple)
et pour les anti-coagulants : idem, ces principes d'exclure strictement les aliments cités ne font que favoriser la perte d'appétit des patients souvent âgés:on recommande désormais qu'ils varient leurs apports mais il n'y a plus d'éviction stricte
la diététique change et évolue !
mais pas vous visiblement: il serait judicidieux de mieux étayer vos articles !
ou de faire appel à des spécialistes pour ces thèmes...

en revanche: vos articles concernant les étiquetages sont bien écrits!
Répondre

Ajouter un Commentaire



Anti-spam: complete the taskJoomla CAPTCHA