Les fibres alimentaires : découvrez pourquoi elles ne sont pas toutes adaptées à votre microbiome

Manger des fibres est essentiel pour la santé, mais ce n'est pas aussi simple que cela.

Une étude récente révèle que les effets des fibres alimentaires varient d’une personne à l’autre. Les recommandations devraient donc être personnalisées en fonction du microbiome intestinal de chaque individu.

Publiée dans la revue Gut Microbes, l’étude s’est penchée sur l’amidon résistant, une catégorie de fibres alimentaires. On trouve cette fibre dans des aliments tels que le pain, les céréales, les bananes vertes, les pâtes complètes, le riz brun et les pommes de terre.

Les chercheurs ont découvert que chaque individu réagit différemment à la consommation d’amidon résistant. Pour certains, les bénéfices sont considérables, alors que d’autres n’en tirent presque aucun avantage. Cette variation est liée à la diversité et la composition du microbiome intestinal de chaque personne.

Participez au changement : Découvrez comment un bachelier à Charleroi peut sauver notre planète

À lire Le droit à l’alimentation : une révolution potentielle pour notre société et notre avenir

Les différents types d’amidon résistant #

L’amidon résistant se divise en cinq types et n’est pas décomposé par les enzymes digestives humaines jusqu’à l’intestin. Dans l’intestin, il sert de substrat pour certains microbes. Ces microbes produisent des acides gras à chaîne courte, essentiels pour le métabolisme du glucose et des lipides.

Plusieurs espèces microbiennes collaborent pour créer ces acides gras. L’étude a testé trois traitements diététiques sur 59 participants durant sept semaines. Les chercheurs ont fabriqué trois types différents de crackers pour l’expérience.

Des résultats surprenants #

Deux types de crackers contenaient de l’amidon résistant : l’un avec de l’amidon résistant de type 2 naturel, et l’autre avec de l’amidon résistant de type 4 fabriqué. Un troisième cracker témoin, similaire au pain blanc, était facilement digestible par les enzymes humaines.

Les trois éléments surprenants que vous devez ajouter à votre alimentation pour vivre plus longtemps

Les microbiomes des participants ont été séquencés avant et après chaque traitement. Pour l’amidon résistant de type 2, plus de 30 bactéries ont changé en abondance. Pour le type 4, plus de 20 bactéries ont été affectées, tandis qu’aucun changement n’a été observé pour le groupe témoin.

À lire Le droit à l’alimentation : pourquoi la France doit-elle suivre l’exemple d’autres pays pour garantir ce droit fondamental ?

Adapter sa consommation de fibres #

Le résultat le plus inattendu concerne le cracker témoin, qui a entraîné les gains les plus importants en acides gras à chaîne courte. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre ce phénomène. Les chercheurs pensent que l’ordre de consommation des crackers a joué un rôle crucial.

Angela Poole, l’auteur principal de l’étude, souligne l’importance de ces découvertes. « Moins de 10 % des gens consomment la quantité recommandée de fibres alimentaires, » dit-elle. Une meilleure stratégie consisterait à personnaliser les recommandations de fibres alimentaires en fonction des données individuelles.

Pour mieux consommer les fibres alimentaires, voici quelques conseils pratiques :

  • Variez les sources de fibres dans votre alimentation.
  • Augmentez progressivement votre consommation de fibres pour éviter les inconforts digestifs.
  • Hydratez-vous suffisamment pour faciliter la digestion des fibres.
  • Consultez un professionnel de santé pour des recommandations personnalisées.

Le Point sur la Table est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

3 avis sur « Les fibres alimentaires : découvrez pourquoi elles ne sont pas toutes adaptées à votre microbiome »

  1. Article passionnant ! Je ne savais pas que les fibres alimentaires pouvaient avoir des effets si différents d’une personne à l’autre. 😊

    Répondre

Partagez votre avis